ÉCO-COMMUNICATION : COMPRENDRE LA DÉMARCHE


L’éco-communication est une source d’innovation. Découvrez les enjeux, les fondamentaux, les avantages et le panorama des acteurs engagés pour faire de votre communication un facteur de compétitivité tout en réduisant vos impacts environnementaux.

Sommaire du dossier

Éco-communication : fondamentaux de la démarche

 

Éco-communication : les grands principes

 

  • Un changement en profondeur 

La crise écologique nous questionne sur nos modes de vie et de consommation et sur notre manière de travailler.

Le secteur de la communication participe au modèle dominant de notre société de consommation, qui n'est plus adaptée aux capacités de notre planète.
 

  • Un engagement à tous les niveaux

La démarche d'éco-communication est globale : elle concerne tous les métiers et pratiques de l’organisation et l’ensemble des salariés comme des dirigeants.

Pour cela, il est essentiel d’intégrer le processus au plus haut niveau, de former et fédérer les équipes afin d’assurer une chaîne de valeurs et de pratiques cohérentes.  

 

 


Éco-communication : dépasser les a priori

 

  • Le secteur de la communication aurait peu d'impacts sur l'environnement

Les impacts seraient minimes comparés aux autres secteurs ou à ceux du consommateur. Ils seraient indirects, comparés à ceux de leurs clients (les annonceurs) ou de leurs cibles (les consommateurs). L'agence ou le service de communication ne seraient qu'un relais.

Or, ce qui fait la différence en termes d'impacts, c'est d’abord le choix des moyens utilisés pour fabriquer et diffuser le message, mais aussi le choix des messages qui influent sur les habitudes de consommation du public.

Responsabilité
et devoir de conseil

 

Passer de l’affirmation à la preuve, de la promotion à l’appropriation, de la séduction à la co-construction
  • Les objectifs de la communication et du développement durable seraient difficilement compatibles


Le développement durable symbolise le "mieux consommer, mieux produire, mieux vivre", pour réduire la consommation de matières et d’énergie.

A contrario, une vision passéiste de la communication symboliserait le "consommer plus", le "superflu", et l'objet de consommation deviendrait, par le biais de la communication, "éphémère" et "jetable".

L’enjeu de l’éco-communication est de dépasser ces divergences en réinventant de nouvelles formes de communication, c’est un triple changement de registre.

 

  • Une démarche d'éco-communication serait plus onéreuse

Selon les opérations envisagées et en anticipant les actions, les coûts sont souvent similaires.

Sur le long terme, on peut constater qu’en innovant dans nos modes de fonctionnement, on optimise l’utilisation des ressources et on évite le gaspillage.

Image et cohérence
avec les discours