Adopter une restauration durable

Plusieurs leviers d’action sont disponibles pour réduire l’impact environnemental de la restauration comme choisir des produits locaux et de saison, optimiser les conditionnements et les ustensiles ou encore bien gérer les quantités pour éviter tout risque de gaspillage. 

Établir un plan d'actions

Établir un plan d'actions

Pour un organisateur d’événements, le choix de mettre en place une restauration durable commence dès la rédaction du cahier des charges, et se poursuit jusqu’à la fin de la prestation. Il est conseillé d’établir un plan d’action précis et ciblé. 

Rédiger le cahier des charges

  • Inclure la notion d’alimentation durable, de réduction des déchets et de gaspillage alimentaire.
  • Fixer les actions et indicateurs.
  • Définir l’échéance à laquelle transmettre le nombre définitif de convives.

Avant la prestation

  • Discuter des actions et indicateurs choisis avec le prestataire.
  • Transmettre le nombre définitif de convives.
  • Valider le menu dans ses moindres détails.

Pendant la prestation

  • Adapter le service au besoin pour limiter les pertes.
  • En concertation avec le prestataire, effectuer des actions de communication auprès des convives pour les sensibiliser aux efforts entrepris en matière d’écoconception (fournisseurs, volume de déchets générés, typologie des déchets).
  • Gérer les restes éventuels et peser les pertes alimentaires.

Après la prestation

  • Demander au prestataire de compléter les indicateurs et un bilan de fin de prestation.

Choisir des produits locaux et de saison

Choisir des produits locaux et de saison

Pour les collations, que ce soit par l’intermédiaire d’un traiteur ou non, vous pouvez :

  •  Utilisez des aliments de saison (afin d’éviter des transports ou la culture sous serres chauffées, activités particulièrement consommatrices d’énergie), issus de l’agriculture biologique.
  • Réduisez le nombre de menus différents, privilégiez une offre végétarienne qui est bas carbone et qui convient à de nombreux régimes alimentaires différents. 
  • Si vous proposez un menu avec de la viande ou du poisson, privilégiez la qualité et le local.
  • Sélectionnez les filières et les prestataires respectueux d’une démarche de développement durable à différents niveaux : choix d’aliments et de boissons biologiques ou issus de productions locales et de modes de production plus durables, de traiteurs engagés dans une démarche responsable, de structures d’insertion… 

Stop au gaspillage alimentaire

Évitez le gaspillage en gérant au mieux les quantités : proposez des sacs pour les restes secs à emporter ou donnez les excédents à une association d’aide alimentaire (Restos du cœur, Secours populaire, Le chaînon manquant…).

Optimiser les conditionnements

Optimiser les conditionnements
  • Utilisez des produits en grands conditionnements afin d’éviter la multiplication des déchets d’emballages (évitez notamment les doses individuelles) et en mettant à disposition des carafes d’eau plutôt que des bouteilles.
  • Utilisez des ustensiles réutilisables plutôt que jetables (verres, assiettes, couverts…) ou limitez la multiplication du nombre de consommables par invité. 
NORMES ET RÉGLEMENTATIONS - L’interdiction progressive des produits en plastique à usage unique

 

Initiée par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (2015) et complétée par la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (2020), la politique de lutte contre les plastiques à usage unique s'est progressivement étendue. 

  • Depuis le 1er janvier 2020, la mise à disposition de gobelets, verres et assiettes jetables en plastique est interdite.
  • Depuis le 1er janvier 2021, l'interdiction concerne également la mise à disposition des produits en matière plastique suivants : couvercles à verre jetables, assiettes, couverts, bâtonnets mélangeurs, pailles, contenants et bouteilles en polystyrène expansé…
  • En 2023, ce sont les couverts non-réemployables en cas de consommation sur place qui seront interdits. 

Adopter les bonnes pratiques

Adopter les bonnes pratiques
  • Organisez le tri des déchets sur place en vous informant sur les possibilités de collecte (bouteilles…) et en expliquant la démarche à l’équipe : beaucoup seront contents de participer.
  •  Choisissez des appareils de chaud/froid plus économes en énergie (classe A) et plus facilement réparables (indice de réparabilité élevé).
  •  Optez pour l’arrêt du moteur du camion frigorifique en demandant une prise extérieure secteur.
  •  Choisissez des sources d’énergie renouvelable sur les événements d’été en extérieur, par exemple l’attraction d’un four solaire, eau chaude solaire thermique. 
  •  Pensez au traitement des bacs à graisse et des eaux usées.
  •  Optimisez les tournées de livraison en offrant de larges plages de livraison aux loueurs de matériel. Cette bonne pratique est valable pour tous les aspects de votre événement. Vous pouvez imaginer de faire du cocamionnage mais attention aux problématiques de responsabilité.
Outils : Guides pour une restauration durable

 

Le guide de l’ADEME pour une restauration événementielle durable (2018)

Destiné en priorité aux professionnels de la restauration événementielle et aux organisateurs d’événements publics ou privés, ce guide a pour ambition de donner des clés pour concevoir et réaliser des prestations écoresponsables. Du plan d’action à la gestion des déchets, en passant par les modes d’approvisionnement, les menus et recettes, la chasse au gaspillage ou la communication, il livre, témoignages et exemples à l’appui, une méthodologie, des conseils, des pistes d’actions et des outils d’évaluation.

Consulter le guide « Pour un restauration événementielle durable »

 

 

Le guide pratique « Restaurants commerciaux : quelles actions mettre en place pour un tourisme durable ? » (2021)

Ce guide, destiné aux responsables de restaurants commerciaux, propose des actions concrètes pour s’engager en matière de restauration et tourisme durable. Il comprend 33 fiches-actions présentant des solutions sur les thèmes de la gestion de l’énergie, de l’eau et des eaux usées, des déchets et des achats responsables et ancrés dans le territoire, l’offre culinaire durable, la mobilité durable, la biodiversité, et le volet social des démarches.

Consulter le guide « Restaurants commerciaux : quelles actions mettre en place pour un tourisme durable ? »