ÉCO-COMMUNICATION : COMPRENDRE LA DÉMARCHE

L’éco-communication est une source d’innovation. Découvrez les enjeux, les fondamentaux, les avantages et le panorama des acteurs engagés pour faire de votre communication un facteur de compétitivité tout en réduisant vos impacts environnementaux.

Sommaire du dossier

Éco-communication : définition et enjeux

 

Innover en communication responsable

 

Ce film réalisé par le ministère du Développement durable, l'Institut de formation de l'environnement, en partenariat avec Des enjeux et des hommes, fait le point sur les leviers de la communication responsable et présente, à titre d'exemple, un ensemble de bonnes pratiques mises en place par des organisations publiques et privées.

 

 

Éco-communication et éco-conception

L’éco-communication correspond à la mise en œuvre de l’éco-conception des outils et des actions de la communication au sein des organisations (entreprises, collectivités ou autres).

C’est une démarche visant à réduire les impacts environnementaux issus des pratiques liées aux métiers de la communication tout au long de leur cycle de vie :  

  • consommation de ressources naturelles (énergie, papiers, emballages...),
  • utilisation de produits dangereux (encres, solvants...),
  • production de déchets,
  • pollutions liées aux transports...

 

 

 

Éco-communication et rôle des messages

La communication peut se faire l’écho des nouveaux enjeux sociétaux et accompagner les changements en mettant sa puissance et sa créativité au service d’une société plus durable. 

La communication est un puissant vecteur de transformation culturelle qui participe à préparer l’opinion, à modifier des normes sociales, à faire évoluer ou changer les perceptions, les imaginaires. Mais l’on sait qu’informer ne suffit pas pour déclencher l’action et que les changements de comportements sont progressifs et dépendent de nombreux facteurs.

Pour accompagner un changement de comportement, une communication doit nécessairement s’inscrire dans une démarche plus globale.     
 

 

Éco-communication et rôle du communicant

La communication est à la croisée des chemins et doit travailler avec tous les métiers de l’entreprise tant en interne qu’en externe.
En tant que communicant, votre rôle de conseil devient de plus en plus stratégique. Vous devez donc challenger vos savoir-être et savoir-faire pour répondre aux nouvelles attentes.

La communication évolue, surtout sur les problématiques liées à la RSE.
Il faut apprendre à fournir les preuves tangibles sur les actions menées, à ne plus survendre ni à faire des promesses disproportionnées sur le développement durable, à ne pas compromettre le risque de réputation crucial pour une entreprise à l’heure des réseaux sociaux et au regard des consommateurs avertis en mesure de décrypter les messages.

Les professionnels de la communication sont au coeur du changement : en lien avec une réflexion profonde sur votre métier de communicant, vous êtes désormais invité à évaluer les impacts de vos actions de communication, à redonner du sens à vos différentes activités, à prendre davantage conscience de votre capacité d’influence sur les autres, cibles de communication, collègues ou parties prenantes de votre organisation.

Repositionnez-vous
en conseil stratégique

Votre action doit prendre en compte trois piliers :

  • le contenu des messages (sincérité, transparence, promotion de la consommation responsable),
  • la gouvernance (implication des parties prenantes dans la communication, logique conversationnelle),
  • l’éco-conception des supports de communication. 

Vos fonctions évoluent en conséquence :

  • Fonction d’exemplarité au quotidien : mettre en accord son discours et ses actes.
  • Fonction d’influenceur interne : vous impulsez les idées, vous prenez part à la diffusion des messages.
  • Fonction de facilitateur du dialogue : vous invitez les parties-prenantes. La norme ISO 26000 montre que c’est à tous les endroits de l’organisation que l’échange se fait, que c’est un échange pérenne. L’entreprise doit apprendre à dialoguer et non plus monologuer.