Éco-concevoir un projet audiovisuel

La télévision et le cinéma sont des acteurs majeurs de la sensibilisation du public. Mais la création audiovisuelle a un réel impact sur l'environnement. Comment réduire ces impacts à chaque étape ?

Les avantages de la démarche

Les avantages de la démarche

Au-delà des bénéfices environnementaux (meilleure gestion des déchets, optimisation des transports, économies des ressources naturelles, des consommations d’énergie, etc.) et sociaux (mise en cohérence de valeurs individuelles avec l'activité professionnelle) éco-concevoir sa production audiovisuelle permet de :

  • Se différencier : par exemple dans le cadre des procédures d’achat, en intégrant des clauses sociales et environnementales dans les marchés.
     
  • Répondre aux engagements RSE des parties prenantes. Cela pouvant même générer des financements pour soutenir la démarche.
     
  • Réaliser des gains économiques liés aux économies de ressources.
     
  • Mobiliser les équipes : on constate un vrai enthousiasme des équipes pour mettre en œuvre une démarche d’éco-conception, en particulier des personnes sur le terrain comme les régisseurs par exemple.
     
  • Entraîner l’ensemble des partenaires (et notamment les prestataires) dans une démarche responsable.
LE SAVIEZ-VOUS ? 1,7 million de tonnes CO2


En France, l’empreinte annuelle du secteur audiovisuel est de 1,7 million de tonnes équivalent carbone.

Ce chiffre intègre les émissions liées à l’empreinte organisationnelle (activités de production, post-production, distribution, projection, diffusion), les déplacements dans les salles de cinéma, le fonctionnement des TV non-connectées (TNT, Satellite), le streaming vidéo et la fabrication de DVD et Blu-ray.

À l’heure où le numérique révolutionne le secteur audiovisuel, le recours croissant à des équipements très gourmands en matières critiques et la hausse des consommations énergétiques liées à l’augmentation des services et des usages risquent d’alourdir l’empreinte écologique du secteur, alors qu’il conviendrait de la réduire pour respecter les Accords de Paris.

Source : Environnement et Climat, de nouveaux enjeux pour les acteurs de l’audiovisuel, Etude Workflowers / Ecoprod, novembre 2020. 

 

Bien préparer la démarche

Bien préparer la démarche

S’engager dans une démarche de production responsable, c’est avant tout bien préparer votre projet. Vous pouvez commencer par :

  • Identifier vos impacts environnementaux, en utilisant par exemple des outils d'évaluation basés sur la méthode  « bilan carbone ».
  • Déterminer vos priorités d’action au regard des postes les plsu émetteurs de gaz à effet de serre.
  • Sensibiliser les équipes et les engager le plus en amont possible.
  • Nommer un référent éco-production.
  • Utiliser la démarche pour challenger vos équipes et comme vecteur de communication externe.
  • Vous engager en signant la Charte Ecoprod
FOCUS - Le plan Action ! du CNC


Le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) a mis en place en juin 2021 le plan Action ! pour une politique publique de transition écologique et énergétique dans les secteurs du cinéma, de l'audiovisuel et de l'image animée.


Ce plan, construit sur trois ans, poursuit deux objectifs :

  • accompagner la filière pour répondre aux défis climatiques
     
  • en faire un moteur de la transformation écologique et énergétique de notre pays.

Le Centre CNC a tout d'abord mis en place un observatoire de la transition écologique et énergétique ayant pour but de collecter des données sur l'impact environnemental du secteur. La première étude lancée dans le cadre de cet observatoire est consacrée au bilan carbone des salles de cinéma. Cette étude a fourni un état des lieux et des recommandations tant écologiques qu'économiques.

La seconde étude de l'observatoire est l'enquête sur les pratiques écologiques des secteurs cinématographiques et audiovisuels, dont les résultats seront communiqués avant la fin de l’année 2022. 

Le Plan Action ! du Centre National du Cinéma prévoit que la réalisation d'un bilan carbone soit obligatoire pour toute œuvre audiovisuelle et cinématographique financée par le CNC dès 2023. En 2024, les aides du CNC seront conditionnées au respect de certaines obligations en matière environnementale.
 

Sensibiliser les équipes et les prestataires

Sensibiliser les équipes et les prestataires

Sensibiliser les équipes

La sensibilisation des équipes est indispensable : expliquer votre la démarche en amont, présentez les principaux enjeux et votre plan  d’action. Cela apportera une crédibilité pour engager l’ensemble des équipes à agir à son niveau avec les spécificités de son métier.

Vous pouvez nommer un éco-manager, aussi appelé chargé(e) de production responsable. 
Son rôle est de piloter la démarche, d’identifier les principaux impacts, de rencontrer tous les chefs de postes (production, décors, réalisation, photographie, régie, habillage, maquillage, coiffure,…) pour discuter des leviers de réduction et solutions à toutes les phases de la production et définir un plan d’action adapté et collaboratif, de proposer des prestataires et des partenaires engagés, et de faire l’évaluation etc.  
 

Sensibiliser les prestataires

De nombreux prestataires de l’audiovisuel s’engagent : ils ont des solutions à apporter en ce qui concerne de nombreux postes : régie, transport et hébergement, prise de vue, maquillage et accessoires, décors. Certains studios ont mis en place une démarche responsable. Sollicitez-les en priorité pour encourager les bonnes pratiques.

OUTILS -  Formations sur l’éco-production audiovisuelle

 

EcoProd

EcoProd propose de nombreuses formations pour ses membres et plus largement pour tous les professionnels de l’audiovisuel, du cinéma et de la publicité et pour les étudiantes et les étudiants : production audiovisuelle responsable, RSE, bilan carbone. 

En savoir plus sur la formation Ecoprod

CNC

Le CNC lance un programme de formation initiale à destination des étudiants en première année d'écoles supérieurs de cinéma, audiovisuel, jeux vidéo et animation. Cette formation est une sensibilisation destinée à connaitre les enjeux liés au changement climatique ainsi que les bonnes pratiques permettant d'agir pour des productions responsables des œuvres. Les étudiants bénéficieront de cette formation, co-financée par le CNC, BNP Paribas et Audiens, à partir de la rentrée de septembre 2022.

La Commission Paritaire Nationale Emploi et Formation de l’audiovisuel 

Le CPNEF audiovisuel a créé un Certificat de compétence professionnelle intitulé « Déployer une démarche écoresponsable dans sa pratique professionnelle au sein de la production audiovisuelle et cinéema ». Ce certificat permet d’attester la maîtrise de compétences, attitudes et connaissances en éco-production audiovisuelle et de répondre aux besoins des entreprises du secteur. Il s’inscrit dans le prolongement des travaux menés par EcoProd depuis 2009 et du plan Action ! lancé par le CNC en 2021.  
Début 2022, six organismes de formation, répartis entre Marseille, Lyon, Montpellier et Paris, étaient habilités à dispenser la formation menant à ce certificat : la CinéFabrique, The MediaFaculty, Illusion & Macadam, et le regroupement Travelling et France.tv studio proposent le parcours généraliste ; le regroupement CST, INA et EcoProd propose les parcours spécialisés « régie » et « décors » ; La Fabrique des Formats dispense le parcours spécialisé « production de flux ». 

Pour obtenir le programme détaillé de ces formations, rendez-vous directement sur les sites web des organismes. 
 

Penser à l'accessibilité et à l'inclusion

Penser à l'accessibilité et à l'inclusion

Un autre point particulièrement important à envisager en amont est la prise en compte des publics en situation de handicap. 

Proposer systématiquement le sous-titrage adapté de vos productions audiovisuelles, sous forme d’affichage textuel du contenu audio énoncé ou de traduction du contenu en langue des signes française, c’est faire un pas de plus vers une communication plus responsable. 

Proposer l'audiodescription consiste à insérer dans un film une description claire et succincte de ce qui apparaît à l’écran, tout en s’assurant que les autres éléments audio du film (dialogues, musique, etc.) restent audibles.

La question de l’inclusion, de la diversité et de la parité  dans la création d’un projet audiovisuel doit également être posée, à la fois dans les équipes qui composent les entreprises du secteur et dans ce qui est montré à l’écran.